<strong>Mala Keita</strong>

Mala Keita

Un esprit cool avec le sens du détail


Il gère des portefeuilles de plusieurs millions d'euros mais, le vendredi, il se permet un jean troué au bureau. Mala Keita est business developper en efficacité énergétique. Il est à l'aise avec les chiffres et bien dans ses pompes.

A 32 ans, ce jeune cadre dynamique d'origine malienne, tradeur en actions en environnement le jour, vit au quotidien une passion pour la mode qu'il doit sans doute à sa mère. Grâce à elle, il cultive très tôt de manière inconsciente un amour pour les belles choses.

« Rechercher l'adrénaline de dénicher cette chose que les autres n'ont pas... c'est à la fois sympa et addictif. »

Fondateur d'un blog lifestyle, Mala Keita est un influenceur qui allie luxe et street. Inspiré par des figures aux styles pointus tels que le co-fondateur du site UpscaleHype Allen Onyia, le duo créatif Black Gypsies, le sportif David Beckham, le designer Virgil Abloh, les artistes Kanye West et A$AP Rocky ou même Matt Pokora pour la France, il partage aujourd'hui ses trouvailles avec sa communauté de plus de 11 000 followers sur Instagram.

Tout débute en 2014 lorsqu’il poste fièrement des photos de quelques paires de chaussures dont il avait fait l'acquisition à bon prix. Il déboule sûr de son style unique et découvre un réseau où chacun a sa place, son créneau, et où les idées s'échangent allégrement, de manière plus ou moins assumée.

Au fil des années, son style évolue au gré de son portefeuille. Il gagne en maturité, mais conserve une affection pour l'inventivité de ses débuts. Son seul crédo : « rester soi-même ».

C'est avec une certaine philosophie qu'il aborde la mode. Sneaker addict avoué, Mala Keita est un véritable collectionneur : il en possède un peu moins de cent paires et chacune d'entre elles a été porté. Il y tient. Concernant la spéculation grandissante autour de l'univers de la basket, il concède que c'est de plus en plus la folie.

« Aujourd'hui, la première chose que font les jeunes c'est de regarder la paire de basket que tu as aux pieds. Le problème, c'est de savoir combiner ».

Tout en prenant part au mouvement, il reconnaît les abus. Il a pris du recul sur « le recel et la revente des paires », comme il dit, et préfère désormais miser sur les chaussures de créateurs. Son plaisir réside dans l'acte de trouver et acheter une paire phare autour de laquelle il imaginera sa tenue.

En tête de sa rotation, il cite volontiers la Jordan 1, une paire à laquelle il a notamment consacré un article sur son blog.

Avec son savant mélange d'élégance agrémentée de pièces streetwear, son style est un atout dans son milieu professionnel car il l'affirme : dans l'univers jeune de start-up dans laquelle il évolue, travailler sa tenue rassure ses interlocuteurs et permet d'établir un rapport de confiance, dans la décontraction.

Il suffit d'être malin, de connaître ses basiques et de miser sur la bonne pièce pour faire mouche et se démarquer sans forcément casser la tire-lire.


Contact Essenti